mardi 31 juillet 2007

NOTRE DROIT A L'EXPERIENCE

Ecouter le dernier album des BAD BRAINS me donne surtout envie de réécouter leurs vieux albums. Rock For Light en tête. Cette réflexion est aussi vraie pour 99% de ce qui se fait aujourd'hui en punk/hardcore...

More pics, watch HERE

Je regarde les vieilles trombines de Rollins et de H.R. au début des 80's et je me dis qu'ils sont sûrement la dernière génération à avoir vécu un truc "vrai" au contact d'une contre-culture. Un truc s'est vraiment brisé à la fin des années 80, et pas que dans le microcosme Punk. Pas de chances, je suis arrivé à ce moment là.
Depuis, on ne fait plus que rechauffer les plats
surgelés au micro-ondes en faisant mine que c'est aussi bon qu'au bon vieux temps (bon vieux temps qu'on a, pour la plupart jamais connus). Vivre le truc par procuration, à travers l'expérience des autres. Le fetichisme. Les livres. Les photos, les témoignages. Qu'on tripe sur la scène Hardcore US des 80's, la scène psyche des 60's aux Etats-Unis ou l'avènement du Rock Progressif en Angleterre au début des 70's. Ou n'importe quelle authentique contre-culture.

Après avoir vécu 15/20 ans au contact de la scène Punk/Hardcore française, et pris un peu de recul sur mon parcours, je me rend compte seulement aujourd'hui à quel point on nous avait, déjà à cette époque, volé notre droit à l'Expérience. L'Expérience pure, cette singularité qu'on ne traverse qu'une fois. Cette Expérience qui, répétée une seconde fois, devient fatalement le double désincarné de l'original.

1 commentaire:

david a dit…

yo fafa

un peu d'accord avec toi, j'y pensais l'autre jour.
Sauf que je pense que les free parties ont été cette "expérience" pour pas mal de gens de notre génération.